JEAN-FRANCOIS GUILLON

Après des études aux Beaux-arts de Paris, Jean-François Guillon a développé un travail de sculpture traitant de l’« en-deça » de l’écriture. Il crée avec Pierre Ardouvin et Véronique Boudier en 1994 le lieu d’exposition « A l’écart » à Montreuil, puis, en 1997 avec Jean-François Courtilat la galerie Ipso Facto à Nantes.

En 1999, il obtient l’aide à la première exposition de la Délégation aux Arts Plastiques, et poursuit dans les années 2000 une production mettant en jeu le texte écrit : poèmes visuels aléatoires, dispositifs minimalistes, conçus à l’occasion d’expositions ou d’interventions in situ.

Il poursuit également un travail photographique autour du signe dans l’espace urbain, à mi-chemin entre signalétique et poétique (Choses lues, publié chez Manuella éditions, avec un texte d’Olivier Cadiot en 2008). Son travail a été montré récemment au centre d’art « Le 19 » à Montbéliard en 2013), à la galerie « Contexts » à Paris en 2014, et au Musée des Arts Décoratifs, où il a scénographié l’exposition de jouets Parade en 2014.

Il pratique la performance depuis une vingtaine d’années, ses dernières propositions dans ce domaine ont été présentées à la galerie Thaddaeus Ropac-Pantin à l’occasion de « Jeune Création » en 2016, à la galerie Laure Roynette (Paris), et à l’école des Beaux-Arts de Paris à l’occasion de la « Nuit de la Philosophie » en 2018.

 

Enfin, il collabore avec Didier Galas depuis 2007, en prenant en charge la conception visuelle des spectacles qu’ils conçoivent ensemble (scénographie, costumes), et en assurant parfois une présence scénique sur certains projets.  

Site internet de Jean-François Guillonhttp://www.jeanfrancoisguillon.fr/
 

© 2017 by Les Hauts Parleurs. 

Crédits et Mentions obligatoires

  • Facebook
  • Instagram