top of page
  • didier galas

Escale à Marseille

Une escale dans la ville de ma première jeunesse ; jeunesse première, celle d'avant la deuxième, la troisième etc. avant d'atteindre un jour la maturité - si tant est qu'il y en ait vraiment une.

Je repense à cet appartement des chutes-la vie où mon père m'avait emmené pour rencontrer un spécialiste de maquettes : il y en avait partout dans tous les recoins de son appart, des maquettes de bateaux, de voitures, de trains. Je me souviens que mon père avait pensé à moi tandis que je me passionnait pour le modélisme lorsqu'on lui avait parlé de ce passionné, d'un âge mûr, lui, plus un enfant. Moi, j'ouvrais grand mes yeux, j'étais à la recherche de la recherche, à la recherche du moyen de mener ma recherche, celle de ma vie, celle de mon chemin. Je me souviens que cette rencontre était pour moi la possibilité de frayer avec autre chose que mon univers familial, scolaire et culturel ; n'est-il pas vrai que déjà, j'avais dû quitter mon quartier pour en atteindre un autre, limitrophe certes, mais différent, autre. J'étais donc en attente de rencontrer le spirituel à travers le modélisme dans cette appartement. Mais non, cette rencontre avec ma destinée, mon chemin de vérité personnelle, ça n'est pas là, aux chutes-la-vie qu'elle s'est passée ; elle est arrivée plus tard, avec le théâtre et ça, c'est une autre histoire…


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page